Agriculture / élevage

Lors de l’élaboration du DOCOB des sites Natura 2000 ZSC « Causse de Campestre-et-Luc » et « Causse de Blandas », 26 exploitations agricoles ont été recensées en 2001 dont 24 vouées à l’élevage et 2 destinées à la production végétale.
Leurs activités sont essentiellement sédentaires. On compte quelques élevages transhumants : un bovin, un ovin viande et un ovin fromager qui utilisent 450 ha environ pendant la période estivale (mai à octobre au plus long).
L’activité d’accueil (repas à la ferme et gîtes ruraux) est présente sur 4 exploitations détentrices de surfaces modestes (24 à 300 ha).
Selon les enquêtes réalisées en 1995 et réactualisées en 2001, 10 500 à 11 000 ha sont revendiqués par les agriculteurs (ou autres ayant des bêtes pour entretenir le territoire). 9 700 de ces hectares sont des parcours.
Les productions principales sont le bovin allaitant (environ 850 UGB) puis l’ovin lait¤ (environ 250 UGB soit 1 695 têtes) et l’ovin allaitant (170 UGB soit 1 130 têtes auxquelles il faut ajouter 800 têtes en transhumance estivale). Viennent ensuite l’élevage équin : une exploitation de 85 têtes dont une dizaine est plutôt liée à une activité de loisirs.

De 1995 à 2001, malgré une diminution du nombre des exploitations (de 31 à 26),
-  le cheptel bovin augmente de près de 50 % (235 têtes -de 478 à 713-) et 140 ha de plus sont utilisés par les bovins allaitants (de 3 980 à 4 120 ha)
-  le cheptel ovin augmente légèrement (200 têtes -de 2 889 à 3 105-) avec une stabilité de la surface utilisée par les ovins sédentaires (de 3 778 à 3 782 ha).
La pression pastorale a tendance à s’accentuer puisque parallèlement à l’augmentation des effectifs, les surfaces pâturées n’augmentent que très peu : les chargements à l’hectare de parcours sont passés de 0,12 bovin/ha à 0,17 bovin/ha et de 0,76 brebis/ha à 0,82 brebis/ha.