Accueil > Nos missions > Observer > Climat > Devenez un météorologue amateur

Devenez un météorologue amateur

Quel temps fera-t-il demain ?

JPEG - 639.6 ko

Pour répondre à cette question, il faut savoir décrypter les signes que nous donne la nature.
Contrairement à ce que vous pourriez croire, ce n’est pas si compliqué que cela. Il suffit de respecter quelques règles de base :

  • Pour commencer, les observations que vous ferez devront être très précises et, même si vous avez une excellente mémoire, consignez-les dans un petit cahier en précisant la date et l’heure. Si vous oubliez de faire un relevé, surtout ne l’inventez pas. Utilisez les données de Météo France que vous trouverez dans les journaux ou sur internet pour compléter les vôtres.
  • Procurez-vous un petit abri météorologique. Vous pourrez aisément le construire vous-même, si vous êtes un bon bricoleur. Veillez juste à respecter ces normes :
    - l’utilisation du bois est conseillée pour la partie principale
    - l’abri devra être placé à 1.80 mètres du sol au dessus d’un endroit gazonné, loin des arbres et des bâtiments
    - l’ouverture sera dirigée vers le Nord pour ne pas que les rayons du soleil faussent vos relevés
    - inclinez légèrement le toit vers le Sud
    - faites en sorte qu’il y ait une bonne ventilation à l’intérieur et percez le plancher de petits trous .
    - peignez votre abri en blanc, cela réfléchira la chaleur du soleil.

Mesure de la température

Le thermomètre à alcool ou à mercure

JPEG - 606.6 ko

La température de l’air se mesure grâce au thermomètre. Il en existe deux sortes utilisées en météorologie : le thermomètre à alcool et le thermomètre à mercure qui est plus précis.
Leur fonctionnement
Le principe est simple : s’il fait chaud, le mercure (ou l’alcool) se dilate et monte dans le tube. à l’inverse, quand il fait froid, il se contracte et descend. Il suffit donc de lire sa température sur l’échelle graduée.
Il existe deux échelles :
- l’échelle Fahrenheit utilisée dans les pays saxons (la température de congélation de l’eau est 32° Fahrenheit et sa température d’ébullition 212° Fahrenheit)
- l’échelle Celsius avec sa graduation de 0° à 100°, plus commune et utilisée notamment en France.
Relever la température de l’air est donc une opération simple, mais, il faut prendre le soin de placer le thermomètre dans votre abri météo. Si vous le mettez sur un support quelconque (un mur par exemple), il vous indiquera la température de ce support et non celle de l’air !

Le thermomètre à minima et à maxima

JPEG - 634.8 ko

Il vous permettra de connaître la température la plus basse atteinte au cours de la nuit et la température la plus élevée de la journée.
Son fonctionnement
Il est constitué d’un index coloré qui est déplacé par le mercure en fonction des variations de la température de l’air. L’index reste bloqué quand le mercure se retire. La température minimale ou maximale est indiquée à l’endroit qui pointe vers le mercure.
Après chaque lecture, il faut penser à réinitialiser l’index. Pour cela, il suffit d’incliner le thermomètre pour que l’index vienne buter contre le liquide. Sur certains thermomètres, on le déplace à l’aide d’un petit aimant.

Mesure de la hauteur des précipitations

Le pluviomètre

JPEG - 654.5 ko

Le pluviomètre est l’un des plus anciens instruments de mesures météorologiques. Il permet de mesurer la quantité d’eau de pluie, de neige ou de grêle tombée à un endroit pendant un intervalle de temps donné. Placez-le dans un endroit dégagé pour être sûr que l’eau recueillie ne provienne pas du ruissellement d’un mur ou des feuilles d’un arbre.
Vous trouverez diverses sortes de pluviomètre dans le commerce (vous pouvez même fabriquer le vôtre), mais le plus sophistiqué est le pluviomètre à réservoir. Il est constitué d’un cône de réception et d’un seau collecteur contenant une éprouvette.
Son fonctionnement
La pluie tombe dans le cône et coule directement dans l’éprouvette graduée
en millimètres, ce qui permet une lecture facile.
En cas de prévisions de chutes de neige ou de grêle, il faut que vous enleviez l’éprouvette. Pour mesurer la quantité d’eau correspondant à la neige (ou à la grêle) tombée, il vous suffit de récupérer le collecteur et de laisser la neige (ou la grêle) fondre. Ensuite, versez l’eau obtenue dans l’éprouvette graduée.
En général, on fait des relevés de précipitations toutes les douze heures et il ne faut pas oublier de vider le pluviomètre après chaque observation.

La hauteur de neige
Si vous voulez connaître la hauteur de neige tombée (en centimètres), il existe deux méthodes :
- Vous effectuez des mesures avec une règle à plusieurs endroits de votre jardin (ou dans un pré), de préférence là où il n’y a pas de vent, et vous faites une moyenne.
- ou vous mettez une planche sur le sol, loin de la végétation et des constructions, et vous mesurez la hauteur de la neige qui s’y est accumulée.

Mesure de la pression atmosphérique

Le baromètre à mercure

JPEG - 570.4 ko

Il est composé d’un tube en verre de 90 centimètres de long, gradué, qui contient partiellement du mercure. Son extrémité inférieure est ouverte et repose sur un petit bassin rempli, lui aussi de mercure. Il y a un vide d’air dans son extrémité supérieure.
Son fonctionnement
Le principe est l’équilibre des forces qui s’exercent sur le petit bassin de mercure : la force exercée par l’air (flèche rouge sur le schéma) et la force exercée par le mercure contenu dans le tube en verre (flèche bleu sur le schéma).
Si la pression de l’air augmente, elle pousse sur le mercure du bassin et en fait remonter une petite quantité dans le tube. A l’inverse, si elle diminue, le mercure descend.
Pour connaître la pression atmosphérique, il suffit de regarder le niveau atteint par le mercure dans le tube. L’unité utilisée est l’Hectopascal (hPa).

Le baromètre anéroïde (sans fluide)

JPEG - 638 ko

C’est ce baromètre que l’on trouve le plus souvent dans les maisons.
A l’intérieur se trouve une capsule de métal vide d’air qui contient un ressort.
Son fonctionnement
Le ressort se dilate ou se contracte selon les variations de la pression atmosphérique. Il est relié à un petit mécanisme qui transmet ce mouvement à une aiguille placée sur un cadran circulaire gradué en Hectopascals. Sur ce cadran, se trouve une autre aiguille qui vous servira de repère. Placez votre baromètre à l’intérieur (la pression atmosphérique est la même à l’intérieur ou à l’extérieur d’un bâtiment), de préférence à un endroit où la température est stable.

Quelques précisions
En météorologie, une zone de basse pression (dépression) correspond généralement à un temps perturbé et pluvieux, et une zone de haute pression (anticyclone) à un temps ensoleillé avec très peu de nuages. C’est pourquoi certains baromètres comportent des inscriptions : « beau temps », « variable »... etc. Pourtant, elles ne sont pas très fiables car il faut s’intéresser aux variations de la pression atmosphérique, plutôt qu’à sa valeur. Pour cela, placez chaque matin l’aiguille repère de votre baromètre sur l’autre aiguille. Elle ne bougera pas et vous permettra d’observer facilement les changements :
- si la pression baisse de façon importante, c’est que le mauvais temps arrive ;
- si elle augmente beaucoup après une baisse rapide, le beau temps sera de courte durée ;
- s’il fait beau et que la pression baisse lentement et régulièrement, le temps restera stable ;
- à l’inverse, si la pression monte lentement et régulièrement, le beau temps va s’installer pour quelques jours.

La provenance et la force du vent

La girouette

JPEG - 592.7 ko

Elle est constituée d’une flèche rotative montée sur un axe vertical fixe indiquant les quatre points cardinaux, matérialisés par les quatre lettres N-S-E-O. C’est la pointe de cette flèche qui indique la provenance du vent. Les girouettes modernes possèdent un dispositif électronique avec un écran qui affiche le sens du vent.
Son fonctionnement
A chaque changement de direction, le vent pousse la queue de la flèche qui s’aligne dans la direction d’où il provient. Savoir d’où vient le vent permet de connaître la nature de l’air qui arrive : chaud, froid, sec ou humide.

La manche a air

JPEG - 571.3 ko

La manche à air est un manchon conique en tissus attaché à un mât. Ce manchon, fermé à son extrémité est constitué de cinq anneaux (3 rouges et deux blancs).
Elle indique la direction des vents (comme la girouette), mais donne aussi un aperçu de sa force.
Son fonctionnement
Le vent entre par l’ouverture du manchon, et le soulève dans la direction opposée à sa provenance. Chaque bande gonflée correspond à une vitesse de 9 Km/heure environ. Le manchon est donc à l’horizontale lorsque que le vent souffle à 45 Km/heure et plus.

L’anémomètre à coupelles

JPEG - 578.8 ko

Il est composé de trois demi sphères orientées dans le même sens et montées sur trois bras horizontaux qui tournent sur un axe vertical. Un écran donne la vitesse du vent.
Son fonctionnement
La vitesse de rotation des coupelles est proportionnelle à la vitesse du vent : un dispositif compte le nombre de tours qu’elles ont effectués sur une période donnée. Observez la vitesse du vent pendant plusieurs heures :
- si vous remarquez qu’elle augmente, c’est le signe d’un changement de pression et donc de temps ;
- si elle reste constante, alors le temps ne changera pas.

Le taux d’humidité de l’air (hygromètrie)

Le psychromètre

JPEG - 582.3 ko

Il est constitué d’un thermomètre sec et d’un thermomètre mouillé. Le réservoir de ce dernier est recouvert par un morceau de tissus humide. Le psychromètre détermine le taux d’humidité de l’air.
Son fonctionnement
Son principe est basé sur le phénomène suivant : lorsque vous sortez de votre douche, votre corps est couvert de gouttelettes d’eau. En s’évaporant elles absorbent la chaleur de votre peau et votre corps se refroidit. De la même façon, le thermomètre mouillé est refroidit par l’évaporation de l’eau contenu dans le tissus. Plus l’air est sec, plus le refroidissement est grand et donc plus la température du thermomètre est basse. Le thermomètre sec mesure la température de l’air. Il faut calculer la différence entre les températures de chaque thermomètre et la reporter sur une table psychrométrique qui donnera le taux d’humidité de l’air.

L’hygromètre à cadran
Comme le psychromètre, il mesure l’hygromètrie. Son utilisation est plus simple mais il est moins précis. Il possède un capteur sensible à l’humidité (un cheveu par exemple) et qui rétrécit ou s’allonge en fonction des variations de l’humidité de l’air.
Son fonctionnement
Comme le baromètre anéroïde, un mécanisme transmet le mouvement du cheveu à une aiguille placée sur un cadran circulaire gradué en pourcentage. Vos relevés hygrométriques vous indiqueront les changements éventuels de masse d’air :
- si le taux d’humidité est très important le matin, cela indique la présence d’une masse d’air tropical. Le temps sera donc chaud et humide ;
- si l’hygromètrie est faible, il y a peu de chance qu’il pleuve.